Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Le diabète et ses complications

Le diabète et ses complications

Le 13 décembre 2012
Le diabète et ses complications
Le pied du diabétique est l'une des complications les plus redoutables de la maladie et conduit à de nombreuses complications qui auraient pu être évitées

Le diabète et ses complications

 

 

Le diabète est une pathologie métabolique qui se traduit par un passage de glucose à travers le filtre rénal de manière pathologique. Il entraîne une hyperglycémie, c'est-à-dire une glycémie supérieure à 1.2 g / l de sang.

On distingue 2 types de diabètes :

-          le diabète insulino-dépendant (de type 1) qui touche l’enfant et entraîne un amaigrissement. C’est une maladie auto-immune qui entraîne un déficit insulinique. L’expression clinique est : polyphagie (faim), polydipsie (soif), polyurie (urine), avec asthénie (fatigue) et amaigrissement.

-          le diabète non insulino-dépendant (de type 2) qui touche l’adulte et encore plus le sujet âgé et qui est souvent lié à une surcharge pondérale et à des excès alimentaires. Dans ce cas, il n’y a pas de déficit en insuline, mais un état de résistance à l’insuline favorisée par la surcharge graisseuse.

 

Les complications du diabète sont nombreuses et diverses et d’autant plus fréquentes que le diabète est mal contrôlé. L’essentiel de ces complications provient de l’obstruction artérielle ou neurologique par les dépôts glucidiques avec phénomène d’ischémie.

 

Les atteintes vasculaires :

Ce sont d’abord les macro-angiopathies avec :

-          une atteinte coronarienne à type d’angine de poitrine ou d’infarctus du myocarde

-          une atteinte vasculaire cérébrale pouvant conduire à des AVC

-          une artériopathie oblitérante des membres inférieurs qui sera souvent précoce et d’évolution rapide. Le pied sera froid, les pouls seront abolis, la peau sera fine et luisante avec une perte de la pilosité et une éventuelle atrophie des tissus sous-cutanés. Cette artériopathie sera souvent associée d’une neuropathie qui aura tendance à masquer la douleur de claudication. Au maximum, cette artériopathie aboutira à une gangrène ou une nécrose.

 

Ce sont ensuite les micro-angiopathies avec :

-          une néphropathie entraînant une insuffisance rénale

-          une rétinopathie entraînant une cécité

 

Les atteintes neurologiques :

Les atteintes neurologiques peuvent s’exprimer de plusieurs façons :

 

La polynévrite diabétique : c’est une pathologie neurologique périphérique tronculaire, particulière par l’atteinte simultanée de plusieurs troncs nerveux de façon bilatérale et symétrique, avec prédominance distale (atteinte des 2 pieds de façon bilatérale et symétrique).

Au début, ce sont des signes sensitifs subjectifs à type de paresthésies puis de douleurs.

Il s’y ajoute ensuite des signes sensitifs objectifs à type d’hypoesthésie voire d’anesthésie. Ces troubles sont bilatéraux et symétriques "en chaussette".

Cette hypoesthésie ou anesthésie peut masquer l’éventuelle artériopathie et surtout favoriser les lésions aux pieds par des agents traumatisants. Ensuite apparaissent des troubles trophiques comme la sécheresse de la peau, la chute de pilosité et les ongles striés et cassants.

 

La multinévrite : c’est une toute autre pathologie, beaucoup plus rare et beaucoup plus grave, mais possible dans le diabète. C’est une pathologie neurologique périphérique tronculaire, avec un seul tronc atteint à la fois mais avec succession d’atteinte (succession de mononévrites). Les signes de multinévrites sont au début sensitifs subjectifs à type de douleurs intenses puis apparaissent des troubles moteurs à type de paralysie brutale entraînant un steppage au niveau du pied. Les séquelles motrices sont fréquentes.

 

Le mal perforant plantaire : c’est une perte de substance des parties molles qui présente plusieurs particularités : lésion profonde, large, indolente (affirmant l’origine neurologique du trouble). Cette lésion ne présentant aucune tendance spontanée à la cicatrisation peut conduire à une infection. Il peut s’y associer un œdème et une hyperhidrose de l’ensemble du pied.

 

L’arthropathie nerveuse : elle touche essentiellementle pied dans le diabète et est caractérisée par une déminéralisation osseuse et par un tassement osseux d’où des modifications anatomiques évidentes au pied avec affaissement de la voûte plantaire, élargissement et raccourcissement du pied pour réaliser le pied cubique de Charcot

 

Les autres complications :

D’autres complications sont possibles :

-          fragilité devant les infections, avec des infections opportunistes

-          difficulté de cicatrisation

-          cataracte

-          fragilité devant tous les stress

-          tendance aux tendinopathies et aux rétractions capsulaires

-          problème de grossesse avec aggravation de la maladie et risques d’avortement spontané, de prématurité augmentés et presque toujours un enfant de gros poids à la naissance

-          risque de coma soit diabétique soit hypoglycémiant

 

CONCLUSION 

 

La survenue de complications est rare si le diabète est bien équilibré et bien suivi. Cependant, quel que soit le type de diabète, certaines précautions sont à respecter, surtout au niveau des pieds :

Examinez quotidiennement vos pieds
Ayez une hygiène renforcée en évitant les bains trop chauds
Allez régulièrement faire des soins pédicuraux
Ne marchez pas pieds nus
Vérifier l'intérieur de vos chaussant (absence de cailloux, pointe...)

 

La prévention est la mesure la plus efficace pour diminuer le nombre d’amputations. Elle repose sur l’individualisation des patients à hauts risques et sur une prise en charge pluridisciplinaire. Rien, chez un diabétique, ne doit être pris pour un détail en matière de surveillance.

Votre pédicure-podologue a un rôle important d’information, de dépistage et d’orientation face à un patient diabétique et peut faire prendre conscience à son patient de la vulnérabilité de ses pieds.

Cécile BESSOU
Pédicure-Podologue
Podologue du sport